Arts Collaboratory

Doual’art

    Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /www/site/modules/processwire-template-twig-replace-master/Twig-1.15.0/Twig/Extension/Core.php on line 1196  
Posted on: Friday 02 August 2019
MORCEAUX CHOISIS AU C.E.P.E. 27 AVRIL - 31 AOUT 2019 ESPACE DOUAL'ART BONANJO – DOUALA Abdias Ngateu, Nouveau système Né en 1990 à Douala, Abdias NGATEU est un plasticien qui vit et travaille à Douala. Dès l’âge de 14 ans, il suit une formation en arts graphiques et décoratifs. Il croise le chemin d’AchilleKa qui devient son mentor, et par la suite, il multiplie les formations et résidences artistiques. Il n’est pas novice dans le monde l’art puisqu’il montre son travail pour la première fois au public camerounais à l’Espace doual’art en 2015 lors de l’exposition collective Jeunes regards Urbains. Sa première exposition solo « Hors Norme » a lieu en 2018 à l’espace Bolo, Douala Cameroun. Entre temps, il sillonne le monde, et participe à de nombreuses expositions collectives au Cameroun et à l’étranger (Tchad, Mali, Burkina-Faso, Sénégal, France, Espagne...). En 2016, Abdias est invité au Ségou’Art 2016(Mali). Ses perspectives sont riches, puisqu’il est sélectionné pour le prochain Ségou’Art en 2019. Il est également participé à la 6ème Biennale des ARTS NAÏFS D’ABIDJAN a eu lieu en Décembre 2019. Il a reçu deux distinctions au niveau national : en 2015, il est lauréat du concours découverte du Goethe Institut Kamerun et en 2017 du concours Jeunes Espoirs 2017 organisé par doual’art où lui est attribué le prix Pascale Martine Tayou. Les thèmes évoluent avec le temps, de même que les supports. Il est d’abord hanté par les violences et les sujets qu’il représente expriment les cris et colères, en les inscrivant dans des environnements urbains insalubres, surchargés, surpeuplés, bruyants. Douala, cité bouillonnante, aux rues malades, est sa source d’inspiration. Lors du concours Jeunes Espoirs 2017, La Place de l’humain provoque chez lui un discours critique rempli d’humour sur la déshumanisation de l’Homme. Le jeune artiste de 29 ans questionne notre époque et dénonce. Il se présente comme un justicier inquiet et prisonnier d’une société désespérément vide de sens. Lors de sa dernière exposition à l’Espace doual’art sous le thème « Next generation jeunres espoirs 2017, prix pascale Marthine. Tayou », Abdias prend le risque d’explorer un nouveau médium qui est l’installation. A travers sa série de photographies et dessins intitulée « Regard intérieur », il se positionne cette fois, non pas pour traduire la misère et la douleur, mais pour partager avec le visiteur une certaine intimité, la relation singulière qu’il établit avec quelques-unes des personnes qui le nourrissent dans sa chair, dans sa vie, dans son intellect. Il s’agit d’un travail purement introspectif. Il a enfin l’honneur d’exposé aux côté du célèbre Pascal Marthine Tayou. Occasion pour l’artiste sénior de toucher du doigt et d’apprécier l’évolution de ces jeunes qu’il met à l’épreuve en collaboration avec doual’art depuis environ trois années. Aujourd’hui dans le cadre de cette nouvelle exposition, le jeune Abdias nous présente « Nouveau système », une installation. Il met à nu les dérives présentes dans les écoles (lieux de violence, de trafique, de viole, de prostitution, etc.). Il s’engage à montrer la démission dans le système scolaire aujourd’hui, ainsi que les conséquences qui en découlent. En dialogue avec l’œuvre principale sous le thème « Morceaux choisis au CEPE », l’artiste choisis d’explorer tout ce qui pourrait être obstacle au rêve (école). Ce projet partage un point de vue large sur la situation et le climat tendu sociétal qui règnent dans nos établissements scolaires … climat d’insécurités et de négligences juvéniles. Amandine DJIATSA Mai 2019 #doualart #exposition #MorceauxChoisisAuxCEPE